« À l’arrivée dans une ville inconnue correspond une espèce d’excitation de l’oeil, de mobilité, de fringale visuelle :

« À l’arrivée dans une ville inconnue correspond une espèce d’excitation de l’oeil, de mobilité, de fringale visuelle : la joie d’un regard « déshabitué » (autre la lumière sans doute, et autres les visages, autres les architectures, autres les lettres des magasins et des publicités). Le lendemain de l’arrivée, j’utilise trois rouleaux de pellicule, mais je mets trois jours à finir le quatrième rouleau… Pour moi la photo de voyage est une espèce de dynamique, d’hystérie qui se dégonfle très vite »

Hervé Guibert, L’image fantôme

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s