La moue du Président

capture d'écran, Lemonde.fr, 15 décembre 2011

Dans le flot médiatique qui suit une nouvelle « urgente », les différents journaux, dans leurs versions numériques, s’empressent de modifier leurs titres et leurs images pour mettre à jour l’actualité. La nouvelle est tombée en fin de matinée, l’ancien président de la République, Jacques Chirac a été condamné à deux ans de prison avec sursis dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Lorsqu’on a dit cela, en définitive, on a dit l’essentiel : l’information est là, impérieuse, elle ne demande pas à être illustrée précisément; ou alors peut-être par une image de la sortie du tribunal.

Or, et c’est ici le sujet de ce petit billet, les principaux journaux numériques ont décidé d’utiliser l’image du président ; rien de bien surprenant, il est l’acteur principal de cette série judiciaire. Cependant, il est amusant et surprenant de voir que l’image de Jacques Chirac, pour orner (en ce sens qu’elle n’est pas, pour elle-même, une information) un article sur une défaite judiciaire est largement similaire d’un journal à un autre.

Que voit-on sur ces captures d’écran faîtes dans les heures qui ont suivi l’information. Une photographie revient plusieurs fois : celle prise par Patrick Kowarik (de l’AFP) datant du 5 novembre 2011. On y voit l’ancien président faire la moue sur un fond bleu ciel. On se doute que, face à la rapidité de l’information, les journaux ont tendance à réutiliser les mêmes images. Mais lorsqu’on continue d’éplucher les différents articles sur cette information, on retrouve étrangement la même représentation de Jacques Chirac. Incontestablement, le président fait la moue. Si on lit attentivement la définition de cette expression familière, on découvre qu’elle signifie « grimace que l’on fait […] en signe de dérision ou de mécontentement ». Ainsi, « faire la moue » est un signe, cela signifie un sentiment, une émotion individuelle. Que les journaux utilisent et choisissent – car c’est ici une évidence, il y a un choix qui prouve une intentionnalité derrière cette litanie de la même image – ce même signe pour illustrer un discours journalistique est une preuve de la représentation inconsciente et collective que l’on se fait d’un vieil homme, ancien président de la République.

Parce que « la moue », dans la nouvelle iconographie médiatique a de plus en plus une signification d’intentionnalité émotive sur des visages constamment filmés et imagés. Un homme politique qui « fait la moue » nous donne enfin un indice sur sa perception, ses pensés, ses émotions (du moins c’est ce que veulent nous faire croire les médias). Faire une grimace (grima : le masque) c’est exagérer une émotion, un ressenti, c’est communiquer intensément par toutes les potentialités physiques de son visage. On se souvient, par exemple, de ces trois photographies de Dominique Strauss-Kahn, de Barack Obama et de Nicolas Sarkozy largement utilisées par les médias pour illustrer une défaite, une position nationale ou internationale difficile etc. Le politicien qui « fait la moue » c’est le symbole de ses faiblesses intérieures, de ses doutes. La grimace du politicien devient sa part de vérité, son Moi enfouit par les multiples images convenues qui parsèment sa vie professionnelle.

"Barack Obama fait la moue", légende de cette photographie dans un article de Paris Match intitulé "Barack Obama: Sa lune de miel est terminée"

"Barack Obama fait la moue", légende de cette photographie dans un article de Paris Match intitulé "Barack Obama: Sa lune de miel est terminée"

Photographie de Dominique Strauss-Kahn sur le site de la Tribune. La légende de la photographie sur le site dit ceci :"En découvrant le passé de son aïeul, DSK a de quoi faire la moue"

Photographie de Nicolas Sarkozy prise en novembre 2011, utilisée par le site Lepoint.fr pour illustrer un article concernant la chute de la popularité du Président dans les sondages.

Mais pour Jacques Chirac il y a un autre aspect, plus sentimental chez les français. Tout d’abord, je l’ai dit, la photographie vient illustrer l’article, elle sert uniquement à donner une émotion, une « réaction », à un politicien défait. Cependant, dans notre vision française de Chirac (pensons à la marionnette aujourd’hui des Guignols, aux différentes images diffusées par Yann Barthès…), il est davantage perçu comme un « gentil retraité », plutôt âgé, presque sénile, affaibli. Mais il reste sympathique, Chirac c’est celui qui boit une bière avec les paysans au Salon de l’Agriculture (il ne faut pas oublier que Jacques Chirac a été couronné « personnalité politique préférée des Français » en Avril 2011 selon un sondage ParisMatch-Ifop). On est loin de l’imagerie conquérante du jeune Jacques Chirac, élancé, fier, le symbole de la droite nouvelle et rajeunie, le fauve politique. Cette nouvelle imagerie, largement diffusée, induit et répond à un sentiment communautaire français. La « moue » du président c’est celle d’un vieil homme, d’un papy. Cette réutilisation de la même image (et je peux parler à nouveau ici d’ «image close » en ce sens qu’elle clot l’émotion sur elle-même) créée une sorte de compassion de la part du spectateur, Chirac est peut-être défait mais (et c’est ici toute la dimension de la part d’humanité retrouvée dans le fait de « faire la moue ») il nous apparaît avant tout comme un vieil homme fragile. C’est pourquoi ces différentes images infèrent un discours sur l’information elle-même et orientent notre sentiment, envers Jacques Chirac, mais aussi (et c’est plus grave) envers l’issue du procès.

Je laisse ici une série de captures d’écran qui appuient ces quelques mots :

Capture d'écran du site Lefigaro.fr, le 15 décembre 2011

Recadrage d'une capture d'écran du site Liberation.fr, le 15 décembre 2011

capture d'écran du site l'estrepublicain.fr, le 15 décembre 2011

capture d'écran du site ouest-france.fr, le 15 décembre 2011

capture d'écran du site lacroix.fr, le 15 décembre 2011

capture d'écran du site lexpress.fr, le 15 décembre 2011

capture d'écran du site lejdd.fr, le 15 décembre 2011

capture d'écran du site lepoint.fr, le 15 décembre 2011

On retrouve la moue du Président dans les grands journaux nationaux étrangers:

capture d'écran du site repubblica.it, le 15 décembre 2011

capture d'écran du site guardian.co.uk, le 15 décembre 2011

capture d'écran du site spiegel.de, le 15 décembre 2011

Advertisements

Une réflexion sur “La moue du Président

  1. Pingback: Se contenter quand on garde à vue | Fovéa

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s